Thèse de doctorat en Musicologie présentée par Nahéma Khattabi, sous la direction d’Isabelle His (Criham / Université de Poitiers).

• Date et lieu de la soutenance : 6 décembre 2014 – Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

 

 

Présentation du thème de recherche

Le répertoire profane imprimé dans la seconde moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle est riche de multiples objets musicaux, si l’on en croit tout du moins la diversité lexicale des titres de volumes publiés en France. Alors que dans la première moitié du XVIe siècle, le terme « chanson » est le titre incontournable placé en tête de volume par les imprimeurs de musique, à partir des années 1550 fleurissent de nouvelles appellations comme « chanson en forme de voix de ville », « ode », « chanson en façon d’air », « air de cour », « air », « dialogue », « sonnet », « Amours », « poésie », « quatrain », « chansonnette mesurée », « villanelle », « mascarade », « ballet », « récit » ou « vers mesurez ». Ces multiples dénominations ne renvoient toutefois pas nécessairement à des objets musicaux différents : pour exemple, au XVIe siècle, une même pièce peut être indifféremment appelée « chanson » et « ode » selon les publications. Cette observation amène à supposer que ces termes ne désignent pas des catégories s’excluant les unes les autres. Ces différentes rubriques sont au contraire poreuses, et leurs contours paraissent parfois vagues aux yeux du chercheur, notamment parce que les théoriciens de la musique, en particulier à la Renaissance, ne définissent pas les dénominations que l’on trouve dans les imprimés.
Pour cette raison, l’enjeu de ce travail consiste à observer et à comprendre quelles sont les réalités éditoriales et musicales que recoupent les classifications et les termes utilisés dans les livres. Ce faisant, il s’agit de mettre en lumière le rôle clef de l’imprimeur de musique dans la fabrication matérielle du livre, et de se demander ainsi quelle est la part qu’il prend dans les mutations musicales.

 

Composition du jury

– Philippe Canguilhem (président de jury, rapporteur),
– Marie-Alexis Colin (rapporteur),
– Isabelle His (directrice de thèse),
– Jean Vignes,
– Jeanice Brooks

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !