La Geste, 2019

• Archives départementales de la Vienne (dir), Jean-Marie Augustin, Olivier Blanchereau, Frédéric Chauvaud, Gaël Chenard, Fabrice Vigier, 2019

• La Geste
152 pages
ISBN : 979-10-353-0380-8

 

 

Présentation

La justice est d’abord un concept immatériel, que nous espérons être partout plutôt que nulle part. Mais elle ne peut être rendue en tout lieu ni n’importe comment. Les hommes ont au contraire organisé le spectacle de la justice en la faisant incarner par des hommes – des avocats et des magistrats – chargés d’habits signalant leurs fonctions, et par des bâtiments chargés de symboles. Temple ou théâtre, le tribunal reste aujourd’hui une scène sur laquelle peut se jouer le destin des hommes à travers un cérémoniel très codifié.

Mais ces aspects très solennels ne doivent pas faire oublier que la justice a longtemps été au plus proche des hommes, au village même sous l’Ancien Régime, parfois tenue sous de simples halles. Les juges ont tardé à devenir des professionnels, et le simple fait de savoir qui était compétent pour juger pouvait faire l’objet d’interminables procès. La Révolution a rationalisé l’organisation de la justice et réduit le nombre des tribunaux, mais elle en a conservé la tradition spectaculaire, tant dans le décorum des lieux que dans le spectacle des peines, guillotine en tête.

À l’heure de la fusion des tribunaux, les Archives départementales de la Vienne proposent ici de revenir sur quelques siècles d’évolution de ces lieux de justice sur leur territoire, de la cour du seigneur à la médiatisation des procès contemporains.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !