Presses universitaires de Rennes, 2014

Vincent Cotro, Véronique Meyer et Marie-Luce Pujalte-Fraysse (dir.), 2014

• Presses universitaires de Rennes
326 pages
ISBN : 978-2-7535-3277-9

 

 

Présentation

Cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire est le premier à aborder d’une façon aussi large la question de la première œuvre. Il souhaite interroger, dans les champs de l’histoire de l’art et de la musicologie, la production de jeunesse des artistes, à ce moment charnière où l’identité créatrice se forge, encore incertaine mais déjà porteuse des prémices de sa maturité. Mais ce n’est pas véritablement de la première œuvre en tant qu’objet matériel, premier essai esquissé, encore imparfait si ce n’est maladroit, dont il est question ici. La première œuvre est interprétée comme un premier aboutissement, ce qui permet de faire émerger les tensions qui travaillent la conception même de l’objet. Car quels sont les éléments qui déterminent la primauté de l’œuvre, l’artiste, le public, le marché, la postérité ? Ces problèmes de définition touchent aussi la notion d’œuvre en elle-même comme représentative d’une réalisation première : faut-il la concevoir comme un objet singulier, comme un groupe d’œuvres rassemblées en série ou en recueil, comme l’ensemble de la production d’une période juvénile à cheval entre la formation et l’affirmation de l’identité artistique ? Quelle est la part d’intention de l’artiste ? Quelle est l’incidence sociale des premières œuvres face à la critique, face à leur réception auprès du public ?
Malgré leur diversité, les vingt-trois études que présente cet ouvrage répondent unanimement à ces questions et insistent sur le rôle crucial que joue la première œuvre dans les stratégies de carrière des musiciens et des artistes.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !