Thèse de doctorat en Histoire préparée par Kévin Cochard, sous la direction d’Albrecht Burkardt (Criham).

• Date de dépôt du sujet : juillet 2015

 

 

Présentation du thème de recherche

Les représentations des faits de sorcellerie dans les premiers médias français (fin XVIe – début XVIIIe siècle)

Cette thèse entend étudier le côté « public » des affaires de sorcellerie en France dans un long XVIIe siècle. Pour ce faire, sont étudiées principalement les publications ayant vocation d’atteindre le « grand public », à commencer par les occasionnels, textes courts publiés d’événements réels ou imaginaires. D’autres sources seront progressivement intégrées : estampes, «placards», factums, ainsi que les premiers périodiques (Gazettes, Mercure de France). Il s’agira, d’une part, de repérer systématiquement les sources des événements présentés, d’analyser, d’autre part, les positionnements démonologiques, dans leurs traits constitutifs et leur évolution.

Cette thèse se veut ainsi une recherche qui combine histoire intellectuelle et analyse d’une opinion publique naissante, l’objectif principal étant de déterminer ce qui atteignait, des affaires de sorcellerie, selon quels critères de sélection, quels choix argumentatifs, quelles stratégies éditoriales, et dans quelle évolution dans le temps, le « grand public » de l’époque.

 

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !