Thèse de doctorat en Histoire moderne préparée par Jean-François Morin, sous la direction d’Albrecht Burkardt (Criham / Université de Limoges) et Dominique Deslandres (Université de Montréal).

• Date de dépôt du sujet : novembre 2017

 

 

Présentation du thème de recherche

L’âme exotique : Voyageurs français et religions à l’époque moderne (XVIIe-XVIIIe siècles)

Selon l’étude devenue classique de Paul Hazard, la période comprise entre 1680 et 1715 correspond à une crise de la conscience européenne en partie imputable à l’expérience des voyages et au relativisme culturel qui en découle. L’étude de la littérature de voyage de cette période permet en effet d’observer à la fois la présence d’une telle crise chez les voyageurs et l’influence de cette littérature sur les travaux philosophiques de l’époque. Or, la causalité entre voyage et religion suggérée par Hazard ne prend son sens que lorsque le phénomène des voyages à l’époque moderne est observé à l’échelle élargie que proposent les praticiens de l’histoire globale et des histoires connectées.

En s’intéressant au cas français, il s’agit d’analyser les représentations des religions des Autres que produisent les voyageurs afin de voir comment s’articulent altérité et identité dans un corpus incluant des voyageurs ayant visité des destinations différentes. Ce cadre d’analyse met en lumière les moyens employés pour exprimer la tolérance religieuse et le relativisme, ou encore la critique de soi par l’entremise de l’Autre. Le rôle des voyageurs dans l’histoire des idées à l’époque moderne et dans la construction identitaire française constitue ainsi l’axe principal de cette recherche où le carrefour entre voyage, religion et philosophie sera exploité à son plein potentiel.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !