Publication de la thèse de l'auteur, présentée en 2015, sous la direction de Philippe Depreux (Criham / Université de Limoges).
Verlag, 2018

Jean-Francois Boyer, 2018

• Verlag éditions
967 pages

 

 

Présentation

L’analyse des tiers de sou d’or mérovingiens permet d’avancer qu’il ne s’agit pas d’une monnaie d’échange classique, mais d’un outil de la collecte fiscale. Les noms de lieux et de monétaires qui y sont inscrits désigneraient les recettes fiscales et les agents actifs au sein des vici , districts administratifs hérités de l’Empire romain. A la fin du VIIe siècle, le regnum Francorum unifié sous Clotaire II perd sa cohérence. Dès le début du VIIIe siècle, les ducs aquitains jouissent d’une large autonomie, perçoivent les impôts, nomment les comtes. Après la mise au pas de Pépin le Bref, Charlemagne crée en 781 un regnum pour Louis le Pieux, ajoutant à l’Aquitaine, la Gascogne, la Marche de Toulouse et la Septimanie. Pour seconder les comtes dans ces cités parfois très vastes, le pouvoir met en place des vicarii , affectés au niveau vicinal. Par la suite, apparaissent les vicariae , dans lesquelles le vicarius , notable local, semble un médiateur entre communautés d’habitants et pouvoir comtal. Cette organisation paraît avoir pris appui sur les anciens vici , districts administratifs qui pourraient aussi être la matrice des grandes paroisses créées par le pouvoir épiscopal au sein des diocèses.

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !