Journée organisée par la Société des études robespierristes, le Groupe de recherche Enquête nationale sur les comités de surveillance et le laboratoire Criham – Université de Poitiers, sous la coordination d'Anne Jollet (laboratoire Criham, université de Poitiers), Danièle Pingué (Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté) et Jean-Paul Rothiot (maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes).

• 30 mars 2012

• Poitiers, Faculté des sciences humaines et arts

 

 

Présentation

Cette journée d’étude « Surveillance révolutionnaire » s’inscrit dans le renouveau du travail sur le fonctionnement du gouvernement révolutionnaire en général et, plus précisément, participe à l’avancée de l’enquête nationale initiée par la Société des études robespierristes sur les comités de surveillance révolutionnaire. Elle vise à aborder le sujet dans une optique à la fois fortement territorialisée, inscrite dans les enjeux spécifiques des espaces qui deviennent, ou sont susceptibles de devenir, ceux de la guerre intérieure, ici à l’Ouest. Son optique est aussi résolument comparatiste dans l’espace et le temps. C’est pourquoi chaque table ronde fait une place importante à des discutant/es qui apporteront un point de vue partiellement extérieur à la problématique des « comités de surveillance révolutionnaire ». La visée est ainsi de comprendre cette « surveillance », à la fois dans l’enchevêtrement étroit des contextes locaux, nationaux, internationaux, mais aussi dans l’accélération de la politisation, à travers la constitution de collectifs de type nouveau notamment, qui caractérise les processus révolutionnaires.

 

Programme

• 9h30 – Accueil

• 9h45 – Présentation par Jérôme Grévy, directeur du laboratoire Criham, Université de Poitiers
Introduction, par Anne Jollet, laboratoire Criham, Université de Poitiers

 

Table-ronde : Les sources : état des lieux et conséquences méthodologiques et interprétatives

10h30 / 12h30

Intervenant/es : Stéphane Calvet (La situation en Charente), Gwénaël Murphy et Yves Pierronne (Deux-Sèvres), Anne Jollet (Vienne), Bruno Hervé (Loire-Atlantique)

• Débat
Discutant/es : point de vue comparatiste Danièle Pingué et Jean-Paul Rothiot, coordonnateurs de l’enquête nationale, Philippe Daumas, membre du Groupe Enquête nationale de la SER (Loir-et-Cher), Jérôme Lamy, docteur en histoire, membre du Criham

 

Table ronde : Comités de surveillance en terre de guerre intérieure ouverte : spécificités de l’Ouest ?

14h / 15h45

Intervenant/es : Bruno Hervé (Situation en Loire-Inférieure dans la guerre civile 1793-1794), Fanny Panhaleux (Face aux attaques chouannes dans le district de Rennes), Gwenaël Murphy (Surveillance des femmes, Vienne, Deux-Sèvres).

• Débat
Discutant/es : Françoise Brunel, Université de Paris 1, Dominique Godineau, Laboratoire CERHIO, Université de Rennes 2, Jean-Clément Martin, Université de Paris 1 IHRF

 

Table ronde : Quels jeux des pouvoirs autour des comités de surveillance ? Pouvoirs locaux, pouvoirs nationaux, pouvoirs institués, pouvoirs des sociétés, pouvoirs des réseaux

15h45 -17h30

Intervenant/es : Stéphane Calvet (Charente), Claudy Valin (Charente-Inférieure), Anne Jollet (Vienne), Yves Pierronne (Deux-Sèvres)

• Débat
Discutants : Antoine Renglet, FUNDP, Université de Namur, Gilles Malandain, Laboratoire Criham, Université de Poitiers

 

• 17h45 – Conclusion de la journée

Intervenant/es : Jean-Clément Martin, professeur émérite de l’Université de Paris I IHRF, Danièle Pingué, Laboratoire des Sciences historiques, Université de Franche-Comté, et Jean-Paul Rothiot, maître de conférences honoraire Université de Lorraine, coordonnateurs Enquête nationale de la Société des études robespierristes

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !