Base de données réalisée en collaboration entre les laboratoires LAMOP (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Criham (Universités de Limoges et Poitiers) dans le cadre du programme ANR COLEMON, sous la coordination d'Anne Massoni.

Collégiales, base de données des collégiales séculières de France (816-1563), est consultable en ligne : http://vafl-s-applirecherche.unilim.fr/collegiales/

 

La base a été conçue pour proposer la notice institutionnelle de toutes les églises qui ont abrité un chapitre de chanoines séculiers apparu entre 816 et 1563. Le terme de « collégiale » recouvre un grand nombre d’établissements, fondés tout au long du Moyen Âge et encore au début de l’époque moderne, dans tous les diocèses de France, s’adaptant aux courants spirituels successifs et aux nécessités changeantes de l’encadrement pastoral. Ce terme (qui en latin – ecclesia canonicalis (XIe siècle), ecclesia collegiata (XIIIe siècle), ecclesia collegialis (XIVe siècle)ne renvoie qu’aux collégiales séculières) apparaît tardivement dans les sources (au XIIIe siècle en français) mais il renvoie à une réalité institutionnelle qui existe depuis l’époque mérovingienne. Il remplace le monasterium des siècles du Haut Moyen Age qui désigne aussi bien des communautés monastiques que canoniales. Sa définition, retenant comme élément déterminant la récitation quotidienne de l’office divin par le corps capitulaire, permet d’inclure des églises et des communautés remarquables par leur diversité dans le temps et dans l’espace.

La Base des collégiales séculières de France devra donc permettre de comprendre mieux la place que celles-ci occupent dans le paysage religieux médiéval à côté des cathédrales, des monastères, des églises paroissiales. Mais elle doit d’abord être un instrument de recherche rapide et commode qui empêche de les confondre avec des établissements monastiques et qui donne des repères sur la date de leur fondation (ou de leur attestation), les transformations institutionnelles qui ont fréquemment affecté ces communautés, la composition de leur corps capitulaire et les liens institutionnels qui les lient à d’autres établissements, séculiers ou réguliers.

 

  • La vie étudiante continue sur les réseaux sociaux !