Thèse soutenue : Caroline Campodarve-Puente : Femmes d’encre et de chair. La criminalité féminine au XIXe siècle, l’exemple de la Charente-Inférieure (1832-1914)

• Date et lieu de la soutenance : 4 décembre 2013, Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts

• Soutenance de thèse de doctorat en Histoire par Caroline Campodarve-Puente, sous la direction de Frédéric Chauvaud

 

Présentation du thème de recherche

La société française du XIXe siècle est abordée par le prisme des femmes et spécialement des femmes déviantes. La présente étude porte sur le département de la Charente-Inférieure, espace rural dans lequel se développent quelques pôles urbains, entre 1832 (date de l’assouplissement des sanctions pénales par l’application des circonstances atténuantes) et 1914. Le choix est de peindre l’environnement économique, social et familial de certaines femmes par le biais d’une source particulière, la source judiciaire. En effet, les dossiers de procédure de la cour d’assises de Saintes, offrent les pièces maîtresses des procès. Fiches de renseignements, témoignages, certificats de moralité, rapports médico-légaux, plans des lieux du crime, tous ces documents étudiés sont autant de récits de vie qui expriment les émotions de ces femmes. L’histoire présentée est celle d’inconnues, de marginales qui sont des femmes démunies face aux difficultés de l’époque. Triple victimes, elles sont accablées par leur statut de femme, par la pauvreté de leur classe sociale, ainsi que par la justice, mais elles sont enfin entendues lors de leur procès. La parole leur est donnée et leurs mots bousculent une société essentiellement masculine. Ce qui frappe alors c’est la diversité des compositions familiales et la modernité relative de nombre d’entre elles, actives et insoumises.

Le théâtre de la cour d’assises permet d’évoquer les violences du quotidien, les conflits conjugaux, familiaux ou entre voisins. L’espace concerné est celui de l’espace privé et de la proximité. Quelle est la place des femmes au XIXe siècle ? La criminalité féminine est un moyen d’appréhender certains aspects du quotidien des femmes en général.

 

Composition du jury

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Université de Limoges

Mickaël Augeron, Université de La Rochelle

Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers

Myriam Tsikounas, Université de Paris I

Didier Veillon, Université de Poitiers

 

Recherche

Menu principal

Haut de page