Thèse en cours : Marjorie Alaphilippe : Marie-Félix Faulcon (1758 – 1843) : un littérateur poitevin en Révolution

Alaphilippe_Faulcon_300• Thèse de doctorat en Histoire préparée par Marjorie Alaphilippe, sous la direction de Frédéric Chauvaud (Criham) et Pierre Serna (IHMC-IHRF)

Date de dépôt du sujet : 2013

 

Présentation du thème de recherche

Marie-Félix Faulcon (1758 – 1843) : un littérateur poitevin en Révolution

Notre thèse de doctorat sera centrée sur le personnage de Marie-Félix Faulcon. Né au milieu du XVIIIe siècle à Poitiers, issu d’une famille bourgeoise d’imprimeurs, il est conseiller du roi au présidial de Poitiers à la veille de la Révolution. Celle-ci lui donne l’occasion de faire une carrière nationale : député suppléant aux États généraux, il est élu député de la Vienne à l’Assemblée constituante puis au Conseil des Cinq-Cents et au Corps législatif, sous le Consulat ainsi qu’à la fin du Premier Empire. Il participe enfin à la rédaction de la Charte constitutionnelle de 1814, puis se retire à Poitiers.

Homme politique d’envergure moyenne, Marie-Félix Faulcon est surtout un écrivain prolixe aux multiples facettes. Aux Archives départementales de la Vienne sont conservés sa dense correspondance, les journaux personnels qu’il a rédigés tout-au-long de sa vie, des recueils de poésies, des notes de lectures, des traductions, les articles de périodiques auxquels il a collaboré ou bien dans lesquels ont été publiés certains de ses travaux, des contes, des matériaux historiques et autres récits de voyages, en France, en Belgique et en Hollande. L’ensemble représente environ vingt-cinq mille pages. A ce vaste corpus s’ajoute la bibliothèque de Faulcon, conservée à la Médiathèque de Poitiers, et qui compte des milliers de pièces, annotées de la main de Faulcon.

Notre angle d’approche est donc celui de l’écriture : qu’est-ce qu’écrire au tournant des XVIIIe et XIXe siècles ? Comment interpréter la graphomanie de Faulcon, qui le conduit même à réécrire et remettre en ordre régulièrement ses textes ? Dans quelle mesure ses pratiques de l’écriture traduisent-elle la rupture révolutionnaire et les bouleversements qui en découlent ? Les approches littéraire, sociologique et anthropologique viendront ici nourrir la démarche historique.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page