Thèse en cours : Dwayne Chavenon : Le communisme au prisme du genre. Femmes et communisme en Limousin (1920-1970)

• Thèse de doctorat en Histoire préparée par Dwayne Chavenon, sous la direction d’Anne-Claude Ambroise-Rendu (Criham)

 

Présentation du thème de recherche

Le communisme au prisme du genre. Femmes et communisme en Limousin (1920-1970)

Le communisme français est un phénomène politique majeur dont la complexité historique a longtemps intéressé les chercheurs en sciences humaines. Au cours de son histoire, le mouvement communiste (PCF, CGTU, UFF, …) a su mobiliser des hommes et des femmes d’origines très différentes autour d’un même projet politique, qui apparut longtemps comme un objet complexe et atypique dans le paysage politique français. Au même titre que les hommes, les femmes ont été des actrices essentielles au développement du communisme sur le territoire français, mais leur place a longtemps été marginalisée par les représentations partisanes et les historiographies françaises. En effet, le rapport des femmes au communisme français (et vice versa) a encore peu mobilisé les différentes historiographies. Notre thèse cherche donc à combler certaines lacunes historiographiques en articulant étroitement l’histoire des femmes et du genre à celle du communisme français.En étudiant les relations entre les femmes et le communisme, des années 1920 aux années 1970, nous souhaiterions mettre en lumière les dynamiques qui existent entre l’élaboration du discours féminin des organisations communistes, la construction genrée des représentations et des pratiques partisanes, et la place des femmes au sein du mouvement communiste. Il s’agira donc d’étudier comment le Parti communiste français et ses organisations affiliées ont pu construire leur(s) discours féminin(s) et élaborer leur(s) programme(s) revendicatif(s) sur la question féminine. Nous nous intéresserons également à la manière avec laquelle les organisations communistes ont pu construire et véhiculer leurs propres représentations des femmes et de la féminité. En parallèle, il s’agira aussi d’étudier la place des femmes dans les organisations communistes, les mécanismes de domination et de promotion dont elles sont l’objet, mais aussi de souligner les particularités de leur(s) militantisme(s). Marginalisées par les discours et les pratiques militantes masculines, les femmes ont su adopter des identités et des modes d’action particuliers pour légitimer et promouvoir leur place, qu’elle soit individuelle ou collective, au sein du communisme français.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page