Rencontres : Le miroir d’Éros. Études de genre

• du 24 au 27 mars 2014

• Poitiers, Théâtre Auditorium

Consulter le programme de la manifestation Le Miroir d’Éros sur le site du TAP

 

Le miroir d’Éros

Dans la dynamique de l’intérêt suscité par le premier colloque « Michel Foucault, philosophe et militant » en mars 2013, le TAP et l’Université de Poitiers renouvellent leur partenariat et ciblent cette année la question du genre. Ici encore, nous pourrions citer Michel Foucault et ses écrits sur le cas d’hermaphrodisme d’Herculine Barbin, écrits eux-mêmes commentés plus tard
par Judith Butler, importante figure des études sur le genre que l’Université de Poitiers avait invitée en 2008.
Les enseignants-chercheurs de l’Université et l’équipe du TAP qui composent le comité scientifique de ce colloque ont décidé de se concentrer sur la problématique du genre, en laissant de côté celle de la sexualité. Les travaux vont s’organiser selon trois pistes principales : l’enfance et la construction de l’individu, les postures et la performativité, la norme et la question du droit.
À nouveau, tables rondes et discussions conduites par d’importantes personnalités du monde intellectuel alterneront avec des films, des expositions et des spectacles amateurs ou professionnels dont le fameux Mes Jambes, si vous saviez, quelle fumée…, mis en scène par Bruno Geslin, qui s’attache à la figure de Pierre Molinier, personnalité idéale pour ouvrir cette réflexion sur la notion de genre(s). Grâce à la complémentarité des intervenants et des partenariats locaux, la question sera traitée sous ses aspects les plus variés, de la façon la plus ouverte possible, pour les connaisseurs comme pour les néophytes.

 

Table ronde : Les habits du genre

Table ronde animée par Frédéric Chauvaud, avec Christine Bard et Nicole Pellegrin

26 mars 2014 – 10h30

 

Les vêtements ne sont pas neutres. Depuis l’époque moderne, comme l’illustrent dessins au trait, gravures et estampes, celui ou celle qui porte la culotte détient le pouvoir, dans le couple comme sur la scène publique. Les vêtements ne se contentent pas, pour reprendre la formule d’un lexicographe, de donner la « conformité de la taille », ils sont bien davantage. Les habits expriment les rapports entre les sexes et les hiérarchies sociales. Le pantalon a incarné la masculinité, voire la virilité. La jupe a exprimé  la féminité mais aujourd’hui la « journée de la jupe » lui donne une toute autre signification. Le vêtement est un langage qui sert à affirmer une position, il renseigne à la fois sur la culture matérielle, sur la construction sociale des sexes, et dit la vérité d’une époque et du monde contemporain.

 


 

Christine Bard est professeure d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, membre de l’UMR CERHIO. Elle travaille sur l’histoire politique, sociale et culturelle des femmes et du genre et a notamment publié Ce que soulève la jupe. Identités, transgressions, résistances et Une histoire politique du pantalon.

Frédéric Chauvaud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Poitiers, spécialiste du crime, de la violence et de la justice, a publié ou codirigé de nombreux travaux sur les femmes criminelles, en particulier Impossibles victimes, impossibles coupables et Figures de femmes criminelles.

Nicole Pellegrin a conduit ses recherches au sein du CNRS. Elle s’est notamment attachée à la construction des inégalités de genre dans des milieux divers. Elle a publié Les vêtements de la liberté. Abécédaire des pratiques vestimentaires françaises, et codirigé un numéro de Clio sur les femmes travesties.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page