Publication : Histoires antiromaines II. L’antiromanisme dans l’historiographie ecclésiastique catholique (XVIe-XXe siècles)

2014_pulbi_Franceschi_histoires_antiromaines_2

LARHRA RESEA éditions

Franz-Xaver Bischof et Sylvio De Franceschi (dir.), 2014

• RESEA-LARHRA, Chrétiens et Sociétés – Documents et Mémoires n° 23

• Actes de la journée d’études de Munich, 13 septembre 2012

 

Présentation

L’antiromanisme catholique s’est tôt préoccupé de fonder historiquement ses revendications politiques et ecclésiologiques et de justifier les critiques qu’il pouvait adresser à l’autorité ecclésiale par l’élaboration d’une historiographie ecclésiastique qui correspondît à ses engagements. Organisée à Lyon le 24 septembre 2010, une journée d’études avait commencé à explorer la question des rapports entre le catholicisme antiromain et la genèse de la tradition historiographique européenne. Le présent ouvrage, qui regroupe les actes d’une seconde journée d’études – la quatrième du cycle consacré par l’équipe RESEA du LARHRA à l’antiromanisme catholique des temps posttridentins – qui s’est déroulée à Munich le 13 septembre 2012, se place dans le prolongement de la précédente session : il était apparu que la question des sources méritait des investigations plus précises, ainsi que le problème du style et celui de l’exploitation des acquis méthodologiques de l’érudition moderne. En particulier, le divorce est devenu de plus en plus visible, à partir de l’âge libéral, entre une historiographie antiromaine soucieuse de méthode critique et sa concurrente romaniste mais, disait-on, méthodologiquement attardée. Les discussions ont montré, au cours du second xixe siècle, avec quelle difficulté l’histoire ecclésiastique, de tradition vénérable, s’est progressivement extraite d’un modèle apologétique pour se plier progressivement aux impératifs d’une méthodologie historiographique critique en voie de définitive consécration. Il semble que les historiens catholiques antiromains aient contribué plus que leurs concurrents respectueux du Saint-Siège, et avant eux, à éloigner l’histoire de l’Église des excès à quoi la conduisait le modèle d’une dissertation édifiante qui finissait par être entrave au récit scientifiquement établi de la geste chrétienne. Les contributeurs de la rencontre munichoise de septembre 2012 ont souhaité éclairer un questionnement dont les alternatives épistémologiques ont sans nul doute contribué à façonner l’historiographie religieuse contemporaine.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page