Publication : Histoire antiromaines. Antiromanisme et critique dans l’historiographie catholique (XVIe-XXe siècles)

2011_publi_De-Franceschi_anti_1Sylvio De Franchesci (dir.), 2011

• LARHRA-RESEA
Collection Chrétiens et Sociétés, Documents et Mémoires n° 15
202 pages

• Actes de la journée d’études, Lyon, 24 septembre 2010

 

Présentation

La troisième journée d’études consacrée par l’équipe RESEA du LARHRA à l’antiromanisme catholique des temps post-tridentins s’est intéressée à l’expression de sentiments antiromains dans l’historiographie catholique. À l’époque moderne, le développement d’une historiographie ecclésiastique antiromaine au sein du catholicisme a d’emblée été tributaire de deux grands modèles élaborés dans la deuxième moitié du XVIe siècle et qui s’inséraient dans le débat entre catholiques et protestants. De 1559 à 1574 paraissent à Bâle les treize centuries de l’Ecclesiastica historia, dites Centuries de Magdebourg. Très imposante, l’œuvre propose une version luthérienne de l’histoire du christianisme. Après la conclusion du concile de Trente, la papauté s’est rapidement préoccupée de faire répondre aux centuriateurs de Magdebourg. En publiant ses Disputationes de controuersiis christianœ fidei (1586-1593), Robert Bellarmin s’est chargé de réfuter les arguments théologiques que les Centuries de Magdebourg avaient développés, tandis que son collègue Cesare Baronio, plus connu sous le nom latinisé de Baronius, faisait paraître à Rome, entre 1588 et 1607, les douze volumes de ses Annales ecclesiastici, qui se faisaient fort d’anéantir par leur érudition la validité des analyses historiques des protestants. À la fin du XVIe siècle, l’historiographie ecclésiastique européenne est clairement le lieu d’affrontements confessionnels dont on va retrouver la trace proprement historiographique jusqu’au XIXe siècle. L’écriture de l’histoire devient pour les catholiques un domaine de choix où manifester leur opposition à Rome et aux prétentions ecclésiales et temporelles du Saint-Siège. Les différentes contributions ici réunies permettent de mettre en lumière les racines gallicanes et plus largement régalistes du libéralisme contemporain, sourde transformation par laquelle l’historiographie de l’Église a longtemps été travaillée en France, en Italie et en Allemagne et dont la journée d’études organisée le 24 septembre 2010 a tenté de marquer les grandes étapes et d’illustrer le mouvement pluriséculaire.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page