Journée d’études : La Grande Guerre dans les campagnes à travers les romans d’Ernest Pérochon

2016_JE_Perochon_

Ernest Perochon, Les gardiennes, Upcp-Geste Paysanne, 1991

• 11 février 2016 – 14h / 18h

• Poitiers, faculté des Sciences humaines et arts
8 rue René Descartes – Bât. E17 – salle 203

• Journée d’études organisée par le laboratoire Criham sous la coordination de Jérôme Grévy et Éric Kocher-Marboeuf, dans le cadre du séminaire Pouvoirs : Faire l’histoire politique aujourd’hui : Littérature et politique, du master 2 Civilisation Histoire Patrimoine Sources (Université de Poitiers).

 

Présentation

À l’échelle du territoire national, si l’on exclut le cas particulier de Paris, les Deux-Sèvres sont sans conteste le département de l’arrière dont la vie quotidienne et le cadre de vie ont le plus servi de cadre d’écriture pour un écrivain de l’entre-deux-guerres. En effet, après l’obtention du prix Goncourt en 1920, Ernest Pérochon s’emploie à brosser le paysage social de ses contemporains deux-sévriens au cours du récent conflit mondial au fil de ses intrigues romanesques. Affecté au dépôt du 114e régiment d’infanterie à Parthenay après son rapatriement sanitaire depuis le front de Lorraine à la fin aout 1914, celui qui n’est encore qu’un jeune instituteur à peine entré dans le cercle des Lettres, prend le temps d’observer, de s’imprégner des faits divers rapportés par la presse locale ou les conversations. Grâce à son style empreint du naturalisme cher à son maître Émile Zola, Ernest Pérochon immortalise les caractères des fortes paysannes en charge des exploitations agricoles familiales, rend compte des bouleversements des positions sociales au fur et à mesure de la durée du conflit, insiste sur les troubles des consciences et des cœurs, pointe les répercussions psychologiques à long terme et l’ombre portée de la Grande Guerre bien des années après son achèvement.

 

Programme

Éric Kocher-Marboeuf, maître de conférences en histoire contemporaine
Ernest Pérochon durant la Grande Guerre

Laëtitia Rondet, attachée territoriale de conservation du patrimoine aux Archives Départementales de l’Indre, doctorante
L’inventaire des papiers d’Ernest Pérochon

2016_Perochon_6_

Ernest Perochon, La parcelle 32, éditions Delagrave 1927. Illustration : F. Maillaud

Jérôme Grévy, professeur d’histoire contemporaine
Les écrivains et la Grande Guerre

 

Table ronde : Les romans de la guerre d’Ernest Pérochon

La parcelle 32, 1922

Les gardiennes, 1924

Le crime étrange de Lise Balzan, 1929

– Marie-Rose Méchain, 1931

– Les fils Madagascar, 1932

Recherche

Menu principal

Haut de page