Colloque : L’exception et la Règle. Les pratiques d’entrée et de sortie des couvents, de la fin du Moyen Âge au XIXe siècle.

2015_coll_Exception_regle_Affiche• 26-27 novembre 2015

• Limoges, Faculté des Lettres et Sciences Humaines
39E, rue Camille Guérin

• Colloque international organisé par le Criham sous la direction d’Alexandra Roger et Albrecht Burkardt

 

Présentation

Depuis la fin du Moyen Âge, la question de l’entrée et de la sortie des couvents est au cœur des préoccupations de l’Église qui encadre ces pratiques par le décret « Des réguliers et moniales » du Concile de Trente (XXVe session, 3-4 décembre 1563). Différentes mesures sont prises concernant la discipline, le caractère volontaire des vœux solennels et l’obligation de la clôture pour les religieuses. Ainsi, l’âge de la profession est fixé à seize ans accomplis pour les deux sexes et des mesures particulières réglementent l’entrée en religion des jeunes filles (pas de prise d’habit avant l’âge de douze ans, la cérémonie de vêture doit être précédée d’un examen par l’évêque ou une personne commise par lui, examen qui doit être réitéré avant l’émission des vœux solennels). Parallèlement, les décrets font aussi comprendre les conditions de sortie des couvents.

L’entrée aux couvents ainsi que les possibilités d’en sortir ont ainsi parfois pu être étudiées par les historiens dans le cadre de la réception du Concile de Trente, pour certains pays (en France, par exemple, avec l’ordonnance de Blois de mai 1579 qui aligne l’âge de la profession religieuse sur celui défini par le Concile), ou pour certains ordres religieux. Mais l’attention a surtout été centrée sur la question de la clôture – en mesurant les tensions entre normes et pratiques, et non sans empathie, le plus souvent, avec les efforts des agents de la Contre-Réforme pour l’imposer. Aussi ces approches allaient-elles de pair, dans bien des cas, avec une orientation quasi téléologique vers l’« enfin » du succès de ces efforts,ce qui n’encourageait guère la compréhension, ni l’étude des régularités, des logiques de conduite que pouvaient sous-tendre les « résistances » ou les exceptions aux règles promues, ou encore des tentatives de régler autrement.

Et pourtant il est clair que le champ d’activités considéré n’était guère caractérisé par un immobilisme « dérangé » seulement par les tensions que nous venons de mentionner. D’une part, le monde des ordres religieux ne cessait d’affronter lui-même des défis nouveaux qui devaient forcément concerner les questions évoquées – il suffit de penser à ce propos aux tentatives de fonder des congrégations féminines prônant pour leurs membres des formes d’un apostolat actif. D’autre part, l’entrée dans les ordres, et, plus généralement, les modes de recrutement du clergé, de même que les possibilités d’en sortir avaient des enjeux sociétaux importants qui devaient forcément alimenter les conflits, jusqu’à devenir, à certains moments, sujets à débat politique. Débats aux multiples protagonistes, alliés ou opposés, selon les occasions, les uns aux autres : les différents ordres religieux, les familles « alimentant »le recrutement du clergé, les institutions romaines, les autorités étatiques, l’opinion publique naissante. Last but not least, le sujet a laissé des traces importantes, qu’elles soient liées ou non aux débats en question, dans le domaine des représentations qui vaudraient la peine d’être explorées davantage.

Le colloque envisagé cherche à dresser un tableau de ce sujet à facettes multiples, en prenant en compte la production des normes autant que les pratiques, les entrées et les sorties définitives ou temporaires, bien réelles ou fictives.

 

Programme

Jeudi 26 novembre

Salle D004

• 8h45 – Accueil

• 9h – Albrecht Burkardt et Alexandra Roger (Criham, Université de Limoges)
Introduction

 

Traditions du bas Moyen Âge

Présidence : Bernard Hours

• 9h30 – Ninon Dubourg, Université Paris Diderot – Paris 7, Laboratoire ICT, ED 382
L’incapacité dans les lettres de dispenses pontificales : 
aller à l’encontre de la réglementation ecclésiastique médiévale pour franchir la clôture

• 10h – Jasmin Irmgard Hoven-Hacker, Akademie der Wissenschaften zu Göttingen
Daughters of Late Medieval German principes between Courtly World and Spiritual Sphere: Modes and Customs of Entering and Leaving a Convent (ca. 1250-1530)

• 10h30 – Élisabeth Lusset, Fondation Thiers /Université Paris, LAMOP
Licentia standi extra – L’office de la Pénitencerie apostolique, les clercs réguliers et la clôture (1458-v. 1520)

• 11h – Débat et pause

 

Le travail de réglementation

Présidence : Marie-Élisabeth Henneau

• 11h45 – Isabelle Poutrin, CRHEC, EA 4293, Université Paris-Est Créteil
L’affaire Francisca Coronel : la crainte révérencielle comme cause de nullité des vœux de religion

• 12h15 – Stéphane Gomis, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand
La Commission des Réguliers en France et la question de la vocation monastique (1766-1780)

• 12h45 – Débat

 

Pratiques de sélection

Présidence : Dominique Julia

• 14h15 – Pierre-Antoine Fabre, CéSor – EHESS
Rompre ses vœux. Le problème du renvoi dans l’ancienne Compagnie de Jésus (1540-1556)

• 14h45 – Claire Bouvier, Université Lille 3
Les Dialogues où sont racontés les événements tragiques et les châtiments voulus par Dieu Notre Seigneur contre ceux qui ont quitté la Compagnie de Jésus de Pedro de Ribadeneyra S.I. (1526-1611) : comment légitimer une règle à partir de cas exceptionnels ?

• 15h15 – Débat et pause

• 16h – Jean-Marc Lejuste, Université Lumière Lyon II
Implications des noviciats dans les recrutements irréguliers. Le cas des noviciats lorrains, XVIIe-XVIIIe siècles

• 16h30 – Vittoria Fiorelli, Università Suor Orsola Benincasa, Napoli
Pour la gloire de Dieu et pour l’aide des âmes. Charité et modes d’entrée dans les couvents à Naples dans les siècles d’Ancien Régime

• 17h – Débat



Vendredi 27 novembre

Salle des Actes

 

La clôture

Présidence : Laurence Croq

• 9h – Julie Piront, Université catholique de Louvain
Les dispositifs architecturaux d’entrée et de sortie dans les couvents des annonciades célestes : normes, usages et représentations

• 9h30 – Fabienne Henryot, Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, ENSSIB
Les dispositifs architecturaux d’entrée « Norbert de Bar et la vie capucine : les errements d’un missionnaire au XVIIIe siècle

• 10h – Débat et pause

 

Sorties temporaires, réintégrations

Présidence : Vittoria Fiorelli

• 10h45 – Jean-Pascal Gay, Université de Strasbourg II
L’entrée au prisme de la sortie et du retour. Récit d’agrégations aux ordres religieux dans les demandes de dispense de vœux présentées au Saint-Office (France, XVIIe siècle)

• 11h15 – Andreea Badea, Deutsches Historisches Institut, Rom
Consulteurs des congrégations romaines et ordres religieux

• 11h45 – François-Xavier Carlotti, Chercheur associé au Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA, UMR 5190)
Entrer, sortir : la liberté pour seule règle
les oratoriens du Midi français aux XVIIe et XVIIIe siècles

• 12h15 

 

Entrées (forcées ?) et sorties (rêvées ?). De l’autoreprésentation des religieuses à l’imaginaire du couvent

Présidence : Pierre-Antoine Fabre

• 14h15 – Sabrina Stroppa, Università di Torino
L’autoreprésentation de l’entrée au couvent: le cas de Maria Maddalena Martinengo (1687-1737)

• 14h45 – Isabel Harvey, McGill University – Montréal, Canada
Prendre en main la clôture : constructions stratégiques de la norme et réécriture pratique de la Règle. Profils de religieuses écrivaines du XVIIe siècle, étude comparée entre l’État Pontifical et la République de Venise

• 15h15 – Débat et pause

• 16h – Marie-Élisabeth Henneau, Université de Liège
Entrer, rester ou partir : la question des vocations sous la plume d’écrivaines cloîtrées (XVIIe-XVIIIe s.)

• 16h30 – Anne-Sophie Gallo, Université de Grenoble
Tricolin ou l’histoire burlesque d’une entrée manquée chez les capucins (Louis-le-Grand, 1758-1759)

• 17h – Débat et conclusions

 

Recherche

Menu principal

Haut de page