Thèse en cours : Yaniv Arroua : Histoire des sociabilités musicales en Limousin sous la Troisième République (1870-1940)

• Thèse de doctorat en Histoire préparée par Yaniv Arroua, sous la direction d’Anne-Claude Ambroise-Rendu (Criham)

 

Présentation du thème de recherche

Histoire des sociabilités musicales en Limousin sous la Troisième République (1870-1940)

Trop souvent occultée dans l’historiographie, l’approche des sociabilités à travers le prisme des pratiques musicales est pourtant cruciale pour comprendre l’histoire des sociétés contemporaines. En Limousin comme dans le reste de la France, la période de la Troisième République est, culturellement parlant, extrêmement riche : par les révolutions industrielle et technologique, la pratique musicale est profondément bouleversée. En conséquence, les modes et les rites de sociabilités qui en découlent sont aussi modifiés. Quels sont les effets des mutations économiques, politiques, sociales et technologiques sur les pratiques de sociabilité que l’on pourrait qualifier de « populaires » sous la Troisième République en Limousin ? L’élite sociale locale fréquente quant à elle les opéras, théâtres, de moins en moins les salons, qui demeurent des vecteurs de diffusion d’un idéal culturel dont il conviendra de définir l’intensité et l’évolution dans la région. Miroirs des représentations et des appartenances, moments de rassemblements, de discussions, de confrontations d’idées nouvelles ou anciennes, les groupes populaires deviennent des arènes où se forgent les opinions et les identités. Au croisement de plusieurs disciplines enrichissant l’étude historique – sociologie, anthropologie, ethnologie, musicologie – ce travail amènera à s’interroger sur le rôle des femmes, sur les ruptures et les continuités entre les générations, les goûts et les sensibilités propres à chaque groupe social, selon les périodes au cours desquelles les répertoires changent, ainsi que les instruments et les technologies.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page