Thèse en cours : Servane Dargnies : Art et politique chez Théophile Thoré-Bürger (1807-1869)

• Thèse de doctorat en Histoire de l’art préparée par Servane Dargnies, sous la direction de Claire Barbillon (Criham, Université de Poitiers) et François-René Martin (École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris)

• Date de dépôt du sujet : 2014

 

Présentation du thème de recherche

Art et politique chez Théophile Thoré-Bürger (1807-1869)

 

Étienne-Joseph-Théophile Thoré, alias William Bürger, dit Théophile Thoré-Bürger, né à La Flèche (Sarthe) le 23 juin 1807 et mort à Paris le 30 avril 1869, est un critique d’art, historien de l’art et journaliste politique français. Auteur de catalogues de galeries d’art, lui-même collectionneur, Thoré a sans cesse brouillé les frontières entre son activité de critique et d’historien de l’art, et son rôle dans le marché de l’art. Il s’intéresse également, dès ses débuts, à l’art européen depuis la Renaissance mais c’est surtout à partir de son exil en Angleterre, Suisse et Belgique, de 1849 à 1859, qu’il se tourne vers les écoles flamande, allemande, espagnole, anglaise, française, et en particulier vers l’école hollandaise du XVIIe siècle.
Les papiers personnels de Théophile Thoré conservés à la bibliothèque de l’Arsenal sont le point de départ d’un projet de recherche sur le critique d’art. En y ajoutant d’autres fonds d’archives et l’étude exhaustive des textes publiés de Thoré, l’objectif est d’examiner en particulier son écriture et sa méthode de travail, ses relations aux artistes de son temps ainsi qu’à la vie politique de son époque. Il semble qu’il reste des pans entiers à découvrir chez cet auteur prolifique et original. Il ne sera pas question d’évacuer un certain nombre de domaines déjà explorés – les rapports intrinsèquement liés entre art et politique chez Thoré ou l’idée d’une histoire universelle de l’art, par exemple. Cependant, plusieurs thèmes gagneraient à être approfondis à la lumière d’un travail important sur les archives de Thoré et des artistes auxquels il s’est intéressé. Si le point d’entrée est le rapport de Thoré à l’art de son temps, il s’agirait de parvenir à considérer Thoré dans son unité, c’est-à-dire à la fois comme critique d’art, homme politique et historien de l’art du passé.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page