Publication : Mozart et la France de l’enfant prodige au génie (1764-1830)

2014_publi_Gribenski

Éditions Symétrie

• Jean Gribenski et Patrick Taïeb (dir.), 2014

• Éditions Symétrie
224 pages

Mention du prix des Muses 2014

 

Présentation

Cet ouvrage n’a pas tant pour but de se pencher une fois de plus sur les œuvres de Mozart en tant que telles que de poser un problème nouveau : de son vivant et dans les années qui suivirent sa mort, « quel Mozart » a-t-on connu ? Quelle image du compositeur a peu à peu émergé ? Comment, concrètement, s’est formé « notre » Mozart ?

Peut-on tenter d’esquisser à grands traits ce que fut la réception de Mozart en France, jusque vers 1830 ? Il apparaît clairement que, dans les quelque vingt premières années du XIXe siècle, celle-ci accède à une dimension nouvelle, dont témoignent tant les programmes de concert que l’activité des éditeurs de musique : le passé s’introduit dans l’écoute et la pratique de la musique. Bénéficiaire de cette mutation capitale, la musique de Mozart en est aussi le moteur.

Cependant, en ce qui concerne Mozart, le véritable changement a déjà commencé quelques années auparavant. 1801 marque un « tournant décisif », avec trois événements d’une importance capitale : la première représentation des Mystères d’Isis, l’installation à Paris d’une troupe allemande qui donne Die Entführung aus dem Serail en langue originale et enfin la publication des premières biographies de Mozart en français (Winckler, Cramer). Celles-ci jouent un rôle essentiel dans la formation du « mythe Mozart » : nourri d’« anecdotes miraculeuses », celui-ci mettra en valeur tant « l’enfant prodige » qu’une nouvelle conception du « génie ».

 

Recherche

Menu principal

Haut de page