Historique

1992 : naissance du GERHICO

Le contrat 1998-2002

Le contrat 2004-2007

Le contrat 2007-2012 du GERHICO-CERHILIM

 


1992 : naissance du GERHICO

 

La situation au début des années 1990

Jusqu’au début des années 1990, le seul centre de recherches historiques reconnu à l’Université de Poitiers par les Ministères de la Recherche et de l’Education nationale était le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médiévale (CESCM). Les historiens et historiens de l’art des autres périodes décidèrent alors de se regrouper pour définir un programme scientifique commun et disposer des moyens matériels adéquats.

 

En 1992, à l’initiative de Philippe Guignet, professeur d’histoire moderne, aujourd’hui à l’Université de Lille 3, et de Jean Hiernard, professeur d’histoire ancienne à l’Université de Poitiers, le GERHICO (alors Groupe d’Etudes et de Recherches sur l’Histoire du Centre-Ouest atlantique) est reconnu comme Jeune Equipe de recherche par le Ministère de l’Education Nationale. Les chercheurs, issus de domaines variés, avaient choisi comme sujet commun le Centre-Ouest atlantique, l’espace entre Loire et Gironde, analysé dans la longue durée et sous tous ses aspects historiques (politique, social, économique, culturel…).

 

Objectifs et premières réalisations

Au cours de ces quatre années de contrat, la stratégie du GERHICO fut double. Il s’agissait d’abord, à travers une série de tables rondes et de colloques, d’établir un bilan de la recherche passée et en cours sur les thèmes essentiels de l’histoire du Centre-Ouest : les réseaux urbains, les rapports entre catholiques et protestants, les sociétés littorales, la violence, la Terreur. Menés entre 1992 et 1995, ces travaux, en grande partie publiés, témoignèrent de la fertilité du sujet, renouvelèrent une géographie historique parfois délaissée, et permirent de porter un nouveau regard sur la constitution des territoires et des identités tout en traçant les pistes d’une recherche régionale renouvelée.

Le second objectif du groupe était d’obtenir  les moyens de cette recherche, de créer un centre de recherche et de documentation qui devait remplir plusieurs fonctions :

• proposer les instruments de travail indispensables aux chercheurs

• regrouper les publications et les travaux scientifiques (DEA, thèses) concernant le Centre-Ouest atlantique- rassembler et conserver un fonds important de revues et d’ouvrages régionaux

• élaborer une base de données de géographie historique à l’aide d’un système d’information géographique (SIG)  afin d’offrir aux chercheurs un accès aux travaux déjà réalisés

• réaliser un Atlas historique du Centre-Ouest, éventuellement en relation avec l’Institut Atlantique d’Aménagement du territoire (IAAT).

Bien que non reconnu par le Ministère entre 1996 et 1998, malgré l’ampleur des publications et la création du centre, le GERHICO poursuivit ses activités de recherche grâce aux soutiens de l’université de Poitiers, de l’UFR « Sciences humaines et Arts », et des financements de programmes de coopération internationale acceptés par le Conseil régional et le Conseil général.

 


Le contrat 1998-2002

 

La redéfinition de l’équipe et des axes

Au cours de ce contrat quadriennal, le laboratoire s’est composé de deux équipes dont les directions ont été confiées à Jacques Péret, Professeur d’histoire moderne (Équipe « Espaces, limites, frontières »), et à Frédéric Chauvaud (Équipe « Conflictuosité »).

Ces équipes ont travaillé selon un certain nombre de principes communs :

1 – la pluridisciplinarité entre historiens, historiens de l’art, musicologues, géographes ou historiens du droit ;

2 – une collaboration avec les laboratoires voisins de l’Université de Poitiers (CESCM, MIGRINTER…) et des universités du grand Ouest (CHRISCO de l’Université de Rennes 2, SEAMAN et LEMRI de La Rochelle…) ;

3 – le développement de liens scientifiques avec des universités canadiennes comme Moncton, Laval et Montréal.

4 – l’accueil de nombreux doctorants intégrés dans les thématiques du laboratoire avec, en amont le DEA Histoire et Civilisations rassemblant les étudiants autour des séminaires liés aux deux axes.

LE GERHICO s’est enfin étoffé depuis 2000 par le rattachement administratif de l’Institut d’Etudes Acadiennes et Québécoises (IEAQ) un des 17 centres d’études canadiennes reconnus par l’Ambassade du Canada et le Centre culturel canadien. Ce rattachement, la tutelle financière qu’il implique et la mise en place d’un bureau émanant en grande partie du GERHICO ne modifient cependant pas la structure et les objectifs de l’IEAQ, institut interdisciplinaire (Histoire, Lettres et langues, Géographie, Droit…).

 

Un recentrage chronologique

Le recentrage de fait à partir de 2001 du GERHICO sur la période moderne et contemporaine ne remet bien sûr pas en question le choix d’éventuels axes traités systématiquement dans la longue durée. Outre les réunions entre les membres de l’unité travaillant autour d’un axe de recherche dans le cadre d’ateliers, l’activité scientifique s’opère depuis trois ans à plusieurs niveaux :

• Des manifestations à l’initiative du GERHICO avec des partenariats financiers divers (BQR UFR et Université, MSHS, collectivités locales, institutions culturelles) donnant lieu à de nombreuses publications.

• Des manifestations prises à l’initiative de laboratoires qui ont sollicité le partenariat financier et scientifique du GERHICO :

Les Grands Jours de Rabelais en Poitou. Rabelais et Bouchet (1483-1564), MSHS de Poitiers, 29 août-30 septembre 2001, en collaboration avec la Jeune Équipe ADONI de MSHS de Poitiers et LLA de l’université de Toulouse-Le Mirail), Actes à paraître, Paris, Champion, 2002.

Des moines du marais aux soldats huguenots : Maillezais, abbaye comtale, siège épiscopal, place de sûreté protestante, Poitiers-Maillezais, 13-15 juin 2002, organisé par le CESCM (UMR 6589 du CNRS) avec les collaborations du GERHICO (Poitiers), de SEAMAN (La Rochelle) et du CRHMA (Nantes), Actes à paraître PUR, 2003.

La violence et la mer, La Rochelle, novembre 2002, organisé par le SEAMAN (La Rochelle), MSHS de La Rochelle.

Des manifestations à l’initiative d’institutions culturelles autour de problématiques recoupant un ou plusieurs axes du GERHICO

L’histoire religieuse dans les pays poitevins et charentais à l’époque moderne, Archives Départementales de la Charente-Maritime, Conseil Général de la CharenteMaritime, 2000
Mémoires de Nouvelle-France, lères Rencontres Franco-Québécoises sur les Lieux de Mémoire Communs, MSHS de Poitiers, Université de La Rochelle, 26-30 septembre 2001 Commission Franco-Québécoise sur les Lieux de Mémoire Communs, Commission permanente de Coopération Franco-Québécoise, Région Poitou-Charentes, Actes parus aux PUR et Septentrion (Montréal), 2002.

 


Le contrat 2004-2007

 

Tout en s’inscrivant dans la continuité, le GERHICO donne davantage d’ampleur à ses projets. L’ancrage spatial de l’équipe (le Centre-Ouest de la France) s’élargit dans une perspective comparatiste, à l’espace nord-américain, principalement le Canada. Les liens se renforcent avec des laboratoires voisins comme avec des universités étrangères. Des thèses portant sur des thématiques de l’équipe sont soutenues. Une troisième équipe est constituée à l’initiative des historiens d’art et des musicologues. Les champs de recherche sont bien définis mais les trois équipes s’engagent à travailler autour de projets communs.

 

Identités territoriales, migrations, mémoires

Le territoire et la géohistoire constituent l’originalité de l’approche de cette équipe, dirigée par Dominique Guillemet. Parmi toutes les formes d’identités, sociales en particulier, l’équipe privilégie à la fois la façon dont le territoire (paysages, territoires légitimes et administratifs, pays…) concourt à la formation d’identités collectives, et d’autre part l’analyse de la géographie des identités (catholiques, protestantes, vendéennes, maritimes…) en comparant les deux approches pour fournir une méthode exportable à partir d’une géographie historique inédite du Centre-Ouest.

Les travaux sont répartis en trois ateliers.

• les migrations (direction S. Jahan), étudiées selon différentes échelles et dans une perspective comparative avec l’Amérique du Nord

• les identités culturelles (direction D. Poton), avec la question des frontières religieuses (catholiques/protestants) et la constitution d’une diaspora huguenote dans l’espace atlantique

• la relation entre territoires, mémoire et patrimoine, à la fois autour du concept de « paysages-patrimoines » et sur les lieux de mémoire franco-québecois.

De cet ensemble de recherches émerge une véritable réflexion collective sur la mémoire et le patrimoine, leurs constructions, définitions et interactions respectives.

 

Conflictuosité

Cette équipe, dirigée par Frédéric Chauvaud, se propose de prendre les conflits comme moyen privilégié de comprendre les sociétés du passé et du temps présent. Injures, blasphèmes, rivalités, rixes et tensions feutrées sont ainsi examinées comme expression de conflits et voies de construction du lien social.
Les travaux se répartissent en deux ateliers.

• justice, contrôle social et conflits (direction F. Chauvaud) : les travaux se consacrent aux images de la justice et aux diverses formes de contrôle social. Un partenariat est établi avec le ministère de la justice pour divers projets (justice des mineurs, répertoire des revues se rapportant à l’enfance surveillée).

• territoires et imaginaire du conflit (direction M. Nassiet) : à partir de la notion d’espace vécu, plusieurs travaux examinent comment la défense d’un territoire est lié à des comportements de défis, à des luttes réelles ou symboliques, pour affirmer telle préséance ou afficher telle prérogative. Un séminaire sur le thème du noyé s’est poursuivi pendant plusieurs semestres.

 

Modèles et transferts artistiques

Cette nouvelle équipe, dirigée par Véronique Meyer, s’inscrit dans les préoccupations du laboratoire tout en affirmant une spécificité dans un esprit d’ouverture et d’interdisciplinarité. L’émergence de ce nouveau thème de recherche s’explique par l’accroissement récent de l’équipe des enseignants-chercheurs en art moderne et contemporain. Son orientation de recherche vise à prendre en compte les rapports induits par la hiérarchie des arts ainsi que la perméabilité des sensibilités artistiques au contexte, tandis que la notion de transfert, présente en filigrane, met en évidence un aspect particulier de l’histoire du goût. Deux grandes orientations interdépendantes et complémentaires sont privilégiées.

• le modèle et sa diffusion (direction S. Vernois) : cette équipe aborde les trajectoires artistiques ainsi que les institutions, la commande et les moyens de diffusion ainsi que les modes d’interrelation entre les arts.

• la dynamique de la réception artistique (direction M. R. Renon) : il s’agit d’analyser la question de l’identité régionale, la prise en compte du contexte socio-culturel dans le choix et l’adaptation du modèle, et les influences multiples qui interviennent dans la formation individuelle et collective du goût.

 

Le CERHILIM regroupe les historiens des quatre périodes (14 enseignants-chercheurs des 21° et 22° sections) selon trois axes thématiques : « Poikilia » en histoire ancienne, « Prathema » en histoire médiévale, et pour l’histoire moderne et contemporaine autour de la thématique des « appartenances ».

 


Le contrat 2007-2012 du GERHICO-CERHILIM

Directeur : Jacques PERET

 

Suite à l’avis de la MSTP en 2007, les deux EA GERHICO de Poitiers et CERHILIM de Limoges ont été amenées à se rapprocher pour former à partir de 2008 une équipe bi-site. La nouvelle équipe a ainsi dégagé six objectifs tenant compte à la fois des programmes en cours et des nouvelles perspectives résultant de la création de l’équipe bi-site :

• la mise en place d’un organigramme fonctionnel et de modes d’action opérationnels

• une production scientifique de qualité des différentes équipes

• l’organisation d’actions communes intégrant les chercheurs des deux sites

• le développement de programmes structurants et de partenariats

• le renforcement significatif de la dimension internationale de l’activité du laboratoire

• le développement des formations de master et de doctorat et leur insertion dans le laboratoire

Les deux sites rassemblent 36 enseignants-chercheurs en rattachement principal, 22 à Poitiers et 14 à Limoges, dont 15 professeurs (10 à Poitiers, 5 à Limoges) et 22 maîtres de conférences (13 à Poitiers, 9 à Limoges), dont 2 HDR. S’y ajoutent un PRAG, un ATER, un chercheur ANR sans compter les chercheurs associés.
Les deux sites ont connu des changements quant à la composition des équipes liés au jeu des mutations et des départs à la retraite, six arrivées à Limoges, notamment en histoire ancienne et médiévale et trois à Poitiers, dont une collègue de civilisation hispanique qui a choisi de se rattacher au laboratoire. Ces arrivées se sont faites dans une volonté d’ouverture, de création ou de renforcement d’équipes : à Limoges avec la mise en place en 2007 de l’axe PRATHEMA dirigé par Ph. Depreux, PR d’histoire médiévale, IUF et de l’axe POIKILIA en histoire ancienne. A Poitiers, H. Drévillon, PR d’histoire moderne, spécialiste de la guerre, L. Colantonio, MCF d’histoire contemporaine (conflits britanniques) et F. Dubasque, MCF d’histoire contemporaine, (vie et culture politique), ce qui a permis de les intégrer aussitôt dans les équipes « sociétés conflictuelles » et « Cultures politiques et religieuses ».

Toutes les équipes ont organisé un nombre conséquent de manifestations : au total 24 colloques et 28 journées d’études de 2006 à juin 2010 dont bon nombre trans-périodes et associant plusieurs équipes dans des perspectives pluridisciplinaires. Les colloques de Limoges,  Classement, déclassement, reclassement de l’Antiquité à nos jours,  Les appartenances de l’Antiquité à nos jours et de Poitiers,  Sorties de crises, Le grand âge et ses œuvres ultimes, La souffrance sociale,  Justice et société rurale illustrent cette démarche. La moitié des colloques ont une dimension internationale à la fois par la participation de chercheurs étrangers et par les co-organisations (les deux colloques franco-canadiens de l’équipe Territoires atlantiques, les deux colloques franco-allemands de l’équipe Prathema). Les colloques, journées d’études et parfois séminaires ont donné lieu à un ensemble important de publications collectives.

Quatre numéros de Temporalités à Limoges ont publié les actes de journées d’étude : Les usages publics de l’écriture, Espaces et pouvoirs de l’Antiquité à nos jours, L’événement tragique, Les appartenances de l’Antiquité à nos jours, couvrent ainsi quatre journées d’études. Les Cahiers du GERHICO à Poitiers ont également publié quatre numéros :

 

L’équipe  Sociétés conflictuelles, dirigée par F. Chauvaud a centré ses recherches sur l’étude des conflits au sens large du terme selon trois axes complémentaires, violence et régulation des conflits, histoire de la justice répressive et histoire des pratiques et des émotions. Les manifestations, conçues dans des perspectives pluridisciplinaires et les dix ouvrages collectifs parus ou à paraître en 2010 témoignent de l’activité et du dynamisme de l’équipe sur des thématiques renouvelées (question de la régulation et conciliation des conflits, histoire des émotions, figures criminelles) et largement ouvertes sur les champs disciplinaires voisins.

L’équipe Territoires atlantiques dirigée par J. Péret, a développé trois grands axes : l’étude renouvelée des territoires du Centre-Ouest dans une perspective pluridisciplinaire et environnementale avec l’action CPER « Paysages et patrimoine du Centre-Ouest » (deux journées d’études), la thématique « Littoraux et vie maritime », fortement intégrée dans une série de programmes (GIS d’histoire maritime) où les chercheurs du Gerhico sont parfaitement insérés (une journée d’études et un colloque) et le programme de recherche en cours sur les relations entre le Centre-Ouest et le Canada qui a généré deux colloques franco-canadiens et plusieurs publications.

L’équipe Modèles et transferts artistiques, sous la direction de V. Meyer, rassemble historiens de l’art et musicologues. Les travaux s’organisent selon deux axes de recherche, le modèle et sa diffusion, la dynamique de la réception artistique. Les huit colloques et journées d’études, les séminaires et les publications mettent en évidence un travail collectif fort, impliquant l’ensemble de l’équipe lors de manifestations majeures (colloque Le Grand Age et ses œuvres ultimes, journées d’études sur Les voyages d’artistes) ainsi que trois colloques de musicologie s’intégrant eux aussi dans les thématiques définies.

L’équipe  Cultures politiques et religieuses, constituée en 2008 sous la direction de J. Grévy, a orienté ses recherches tout d’abord sur les représentations politiques et religieuses avec une série de manifestations consacrées aux emblèmes, symboles et couleurs des identités politiques (notamment les usages politiques des couleurs qui ont donné lieu à un colloque et deux journées d’études). Un second axe s’est dégagé autour de l’action publique et de la régulation des conflits (trois colloques dont celui sur Les sorties de crise, commun à l’ensemble du laboratoire), le tout dans une démarche d’ouverture et de partenariat.

Le CERHILIM s’est réorganisé autour d’une thématique commune pour l’ensemble des périodes, Les appartenances : identifications, représentations, pratiques, recherche au centre de toute une série de manifestations et publications. L’arrivée de nouveaux enseignants-chercheurs a conduit en même temps à la constitution de deux groupes thématiques, POIKILIA pour l’histoire ancienne et PRATHEMA pour l’histoire médiévale ; les chercheurs d’histoire moderne et contemporaine forment quant à eux un groupe conservant l’identification des Appartenances.

Les trois chercheuses du groupe POIKILIA ont travaillé sur les interactions culturelles et les échanges en Italie, Egypte et Afrique du Nord en s’appuyant sur deux projets ANR. Les campagnes de fouilles archéologiques de sites d’oasis en Egypte ont permis d’analyser les relations entre l’Afrique romaine et l’Afrique noire, ce qui a donné lieu à des journées d’études avant un colloque international en 2010. Un second programme est consacré à l’épigraphie funéraire de l’Italie pré-romaine et à la religion étrusque. L’insertion des trois collègues dans plusieurs programmes de recherches et leur bibliographie témoignent du dynamisme de cet axe.

L’axe PRATHEMA, « Pratiques et théories politiques, juridiques et sociales du Moyen Age », mis en place en 2007, dirigé par Ph. Depreux, s’appuie sur les moyens délivrés par l’IUF et le projet ANR-DFG HLUDOWICUS co-dirigé par Ph. Depreux. Il rassemble cinq chercheurs sur plusieurs programmes autour des thématiques Institutions et pratiques politiques, prosopographie et topographie et histoire de l’Aquitaine qui ont donné lieu à deux colloques internationaux et sept journées d’études. L’importante bibliographie collective et individuelle traduit l’activité et le rayonnement à dimension internationale de ce groupe.

Les recherches des historiens des époques modernes et contemporaines, sous la direction de M. Cassan et P. D’Hollander, ont conservé comme fil directeur la thématique des Appartenances, abordée sous différents angles : appartenances urbaines, projet ANR sur les écrits du for privé (M. Cassan) qui a donné lieu à deux journées d’études, corps intermédiaires économiques étudiés par Cl. Druelle-Korn , histoire culturelle à travers le sport (F. Archambault) et histoire religieuse (P. D’Hollander) à travers l’inscription des Eglises dans l’espace public et les manifestations extérieures du culte (colloque de 2009). Onze colloques et journées d’études peuvent être rattachés à ces thématiques.