Conférence : Du fleuve à l’océan : la maritimisation de l’arrière-pays d’Angoumois (XVIIe-XVIIIe siècle)

• 26 avril 2018 à 17h

• Angoulême, Archives Départementales de la Charente
24 avenue Gambetta

• Conférence par Jean-Christophe Temdaoui, doctorant en histoire moderne (Université de Poitiers / Criham / GIS Histoire et Sciences de la Mer), organisée dans le cadre du cycle La Charente, au fil du fleuve.

• Entrée libre et gratuite. Réservation conseillée

 

Présentation

Au début du règne de Louis XV, Gabriel Lachomme, d’Angoulême, s’embarque en 1723 pour un voyage de deux ans à Lorient sur un vaisseau de la compagnie des Indes, le Jupiter, pour la côte de Guinée et Saint-Domingue[1]. À bord du navire, mû par un équipage principalement breton, il côtoie également des Portugais, des Italiens, des Anglais… et trois Saintongeais. Indéniablement, son expérience maritime et coloniale a été marquante entre les coups de canons échangés à l’approche de l’île de Gorée, la traite de 411 esclaves chargés sur le vaisseau sur les côtes de Juda, et son séjour à Léogane, sur la côte Ouest de la Perle des Antilles, Saint-Domingue.

Les relations de l’Angoumois à la mer et à l’océan sont partiellement connues. L’histoire des forges, des papeteries et du vignoble mettent en évidence le rôle clef du fleuve dans les échanges entre le littoral et l’intérieur : vins, eaux-de-vie, sels, papiers, canons circulent sur les gabarres. Du Levant au Brésil, André Thévet reste l’Angoumoisin le plus connu du XVIe siècle. Mais qu’en est-il de la relation d’hommes et de femmes anonymes avec la mer, avec l’océan et les outre-mer aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Comment la maritimisation de l’Angoumois s’est-elle renforcée à partir de la fondation du port de Rochefort en 1666 ? Entre la mise en place d’une administration de la Marine royale, le recrutement des gens de mer et des soldats pour la flotte de Sa Majesté et la défense des colonies, les migrations pour les colonies caribéennes de natifs de l’arrière-pays du fleuve Charente, l’Angoumois s’insère dans les dynamiques du monde atlantique. Une histoire maritime de l’arrière-pays est possible à partir de l’exploitation d’un éventail de sources qui permettent de restituer l’épaisseur d’une population riveraine du fleuve Charente qui a circulé et vécu entre les deux rives de l’Océan Atlantique à l’époque moderne.

 


[1] – SHD Lorient, 2 P 21-II.14, Rôle au désarmement du bureau des classes de Port Louis pour le vaisseau le Jupiter.

 

 

Recherche

Menu principal

Haut de page