Thèse en cours : Philippe Cremieu-Alcan : L’homme et la justice dans les campagnes de Guyenne au XVIIIe siècle

• Thèse de doctorat en Histoire préparée par Philippe Cremieu-Alcan, sous la direction de Frédéric Chauvaud (Criham, Université de Poitiers)

• Date de dépôt du sujet : 2014

 

Présentation du thème de recherche

L’homme et la justice dans les campagnes de Guyenne au XVIIIe siècles

 

La maîtrise des Eaux et des Forêts de Guyenne a été créée à la fin du XVIIe siècle. C’est une institution qui gère les forêts du roi, mais également celle des communautés et des particuliers en organisant l’aménagement des bois. son activité judiciaire culmine vers 1750, avant un déclin qui s’accélère à partir de 1780. L’espace chronologique de cette recherche est dicté par les sources et couvre donc le XVIIIe siècle. L’étude se fera selon deux axes. En premier lieu une analyse quantitative et qualitative de la production de la maîtrise ainsi qu’une typologie des acteurs. Le tableau ainsi dressé montrera le type de délinquance qui est poursuivi ainsi que les acteurs de ces procès : accusés, plaignants et témoins. Une cartographie de la délinquance mettra en évidence les zones de conflictualité poursuivie. Le second axe consistera dans l’étude du discours des acteurs ainsi que de leur position d’énonciation . L’objectif est de voir comment l’information circule, comment elle aboutit à la production d’une opinion publique. Celle-ci détermine l’attitude observée devant le juge et la remémoration des faits comme les formes d’échappement (ignorance, mauvaise mémoire, fausse collaboration, dissimulation…), qu’elles appartiennent aux accusés ou aux témoins, qu’ils soient face au plaignant, au juge ou même devant un auxiliaire de justice. Une attention particulière sera portée au personnel subalterne des Eaux et Forêts comme les gardes et les huissiers.

 

Recherche

Menu principal

Haut de page