Laurène Scherer

Doctorante en Histoire moderne et contemporaine – Université de Poitiers