Florian Doux

Doctorant en Histoire de l’art moderne – Université de Poitiers / EPHE