Philippe Crémieu-Alcan

Docteur en Histoire moderne – Enseignant certifié d’Histoire et Géographie
Membre associé au Criham

 

Parcours
Thèse : À l’ombre du Roi. Solidarité, résistance et mentalité à travers les délits forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle
Autres activités de recherche
Mots-clés : délinquance | forêt | mentalités | conflits d’usage

 

 


Parcours

• Situation professionnelle : Enseignant certifié d’Histoire et Géographie au collège Dupaty à Blanquefort (Gironde).

• 2017 – Doctorat en Histoire (Science du temps et de l’espace) : À l’ombre du Roi. Solidarité, résistance et mentalité à travers les délits forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle, sous la direction de Frédéric Chauvaud, Université de Poitiers.

• 1990 – Capes d’Histoire-Géographie.

 

 


Thèse

Intitulé : À l’ombre du Roi. Solidarité, résistance et mentalité à travers les délits forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle

Directeur : Frédéric Chauvaud

Date de la soutenance : 6 octobre 2017

Composition du jury :
– Annie Antoine, Professeure d’histoire moderne, Université de Rennes 2 (présidente du jury)
Frédéric Chauvaud, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Poitiers (directeur de thèse)
– Marc Galochet, Professeur de géographie, Environnement et aménagement, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
 Thierry Sauzeau, Professeur d’histoire moderne, Université de Poitiers
– Éric Wenzel, Maître de conférence, HDR à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse

 

Présentation du thème de recherche

La maîtrise des Eaux et des Forêts de Guyenne a été créée à la fin du XVIIe siècle. C’est une institution qui gère les forêts du roi, mais également celle des communautés et des particuliers en organisant l’aménagement des bois. son activité judiciaire culmine vers 1750, avant un déclin qui s’accélère à partir de 1780. L’espace chronologique de cette recherche est dicté par les sources et couvre donc le XVIIIe siècle. L’étude se fera selon deux axes. En premier lieu une analyse quantitative et qualitative de la production de la maîtrise ainsi qu’une typologie des acteurs. Le tableau ainsi dressé montrera le type de délinquance qui est poursuivi ainsi que les acteurs de ces procès : accusés, plaignants et témoins. Une cartographie de la délinquance mettra en évidence les zones de conflictualité poursuivie. Le second axe consistera dans l’étude du discours des acteurs ainsi que de leur position d’énonciation . L’objectif est de voir comment l’information circule, comment elle aboutit à la production d’une opinion publique. Celle-ci détermine l’attitude observée devant le juge et la remémoration des faits comme les formes d’échappement (ignorance, mauvaise mémoire, fausse collaboration, dissimulation…), qu’elles appartiennent aux accusés ou aux témoins, qu’ils soient face au plaignant, au juge ou même devant un auxiliaire de justice. Une attention particulière sera portée au personnel subalterne des Eaux et Forêts comme les gardes et les huissiers.

 

 


Autres activités de recherche

 

Chapitres d’ouvrages

• « Espace villageois, espace forestier, représentations et refus de la mutation forestière au XVIIIe siècle », in Florent Mérot, Thierry Rentet et Claire Buchet, Les forêts européennes. Gestions, exploitations et représentations (XIe-XIXe siècles), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2018, chapitre I, pp. 75-86.

• « La violence cruelle contre les arbres
. Les mauvais traitements infligés aux arbres : taille et incendie », Le sarcasme du mal. Histoire de la cruauté de la Renaissance à nos jours, Frédéric Chauvaud, André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2016, pp. 125-139.

• « Les stratégies d’évitement de la justice et les régulations intra-villageoises à travers la délinquance forestière en Guyenne au XVIIIe siècle », Justice et sociétés rurales du XVIe à nos jours, Frédéric Chauvaud, Yves Jean et Laurent Willemez (dir.), Presses Universitaires de Rennes, 2011, pp. 269-284.

• « Le village et le bois. La perception de la nature et de la forêt à travers les délits forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle », in Geneviève Massard-Guilbaud et Stephen Mosley (eds), Common Ground. Integrating the Social and Environmental in History, Newcastle-upon-Tyne, Cambridge Scholar Press, 2011, chapitre V, pp. 88-105.

• « Les ripisylves du Sud-Ouest : vocations et paysages, XVIIIe-XXe siècle », Andrée Corvol éd., Forêt et eau, XIIIe – XVIIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 2007, pp. 293-300.

• « Huissiers et gardes forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle à travers les délits forestiers : une même difficulté à faire le « dû de leur charge » ? « , Entre justice et justiciables, les auxiliaires de justice du Moyen Âge au XXe siècle, C. Dolan éd., Québec, Presses de l’Université Laval, 2005, pp. 245-259.

• « Outil et délinquance forestière, un couple antinomique ? », Forêt et transport traditionnels, actes de la journée d’études Environnement, Forêt et Société, XVIe-XXe siècle, A. Corvol éd., Paris, IHMC-CNRS, 2004, pp. 59-66.

• « Terres de contestations entre châteaux et villages en Guyenne au XVIIIe siècle », in André Bazzana et al., Château et village, actes des Rencontres d’Archéologie et d’Histoire en Périgord, 1995, Bordeaux, CAHMC-CNRS, 2003, pp. 157-165.

• « La forêt pour le plaignant : les délits forestiers en Guyenne au XVIIIe siècle », in Andrée Corvol et al., La forêt, perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 1997, pp. 121-131.

• « Août 1949 : la forêt landaise en feu« , in Le Feu, à la maison, par les bois et dans les champs, actes de la journée d’études Environnement, Forêt et Société, XVIe-XXe siècle, A. Corvol éd., Paris, IHMC-CNRS, 1992, pp. 53 à 57.

 

Articles

• « Du sang dans les règes, fait divers et activité des gardes de la maîtrise des eaux et forêts de Guyenne au XVIIIe siècle », Revue Historique de Bordeaux et du Département de la Gironde, n° 18, 2013, pp. 71-84.

 

Communications lors de colloques, journées d’études

• « Laisser grandir les arbres, empêcher le dépeuplement du gibier. Comment la maîtrise des Eaux et Forêts de Guyenne impose-t-elle l’ordonnance de 1669 ? », colloque Réclamer, soutenir, refuser la surveillance de l’Antiquité à nos jours : enjeux idéologiques, politiques et sociaux, Poitiers, 3-5 octobre 2018.

• « Entre château et justice. Quand faire sa justice, quand demander justice ? Le traitement des infractions forestières et de chasse au XVIIIe siècle en Guyenne », rencontre Châteaux et justice, XXVIe Rencontres d’archéologie et d’histoire en Périgord, Périgueux, 28-30 septembre 2018.

• « La délinquance forestière, une délinquance performative ? », journées thématiques de l’École doctorale Cognition, Comportements, Langage(s), Poitiers, 2017. Communication consultable en ligne sur HAL.

• « Les limites du pouvoir royal au XVIIIe siècle, à travers l’exemple des délits forestiers dans la Guyenne », colloque Power in France, 1500 – 2000, Society for the Study of French History Twentieth Annual Conference, Brighton (UK), University of Sussex, 2-4 juillet 2006.